Communiquer avec le citoyen

Une ville n’est réellement intelligente que si elle jette un pont entre la technologie et les citoyens. Plusieurs applications nous montrent le chemin du futur.

Habitants, entreprises locales, associations et administrations: ensemble, ils donnent forme à la communauté que constitue une ville ou une commune – et avec le smartphone, nous pouvons encore mieux interconnecter tous ces acteurs”, assure Tom Van Hecke, cofondateur de Mobicage, l’entreprise qui a développé l’application Notre Ville. Chaque ville peut désormais centraliser toute sa communication avec ses habitants dans une seule application. Les citoyens ont la possibilité d’utiliser l’application pour demander des documents sous forme numérique, de vérifier le nombre de places de stationnement encore libres, de signaler des trous dans la chaussée et de rechercher les informations les plus diverses. “L’application apporte de la transparence dans la communication avec le citoyen”, poursuit Tom Van Hecke. Elle est également une plateforme pour les entrepreneurs locaux, qui peuvent par exemple y créer aisément une boutique en ligne. “Les petites et moyennes entreprises ne sont pas uniquement cruciales pour l’économie locale: elles sont le sponsor le plus important de la vie associative, qui est renforcée par tout ce qui donne de l’oxygène aux entrepreneurs.”

Fix My Street

Fix My Street est une application internet et mobile qui permet aux Bruxellois de signaler eux-mêmes des problèmes dans l’espace public. Au début, Fix My Street offrait surtout à la population de  dénoncer des déficiences: nids de poule, trottoirs endommagés, marquages routiers effacés ou éclairages défectueux. Désormais, il est possible de signaler des dépôts de déchets sauvages. “L’application donne des yeux et des oreilles supplémentaires à l’administration: les problèmes sont plus rapidement visibles et nous pouvons intervenir plus tôt”, apprécie Inge Paemen, porte-parole de Bruxelles Mobilité. Quiconque pointe un problème est certain que ses informations aboutissent immédiatement au service compétent. De plus, il pourra suivre en ligne le traitement du dossier.

A*Sign

Le développeur informatique anversois Rombit a imaginé une alternative high-tech aux panneaux d’interdiction de stationner temporaires en cas de travaux de voirie, d’égouttage, d’électricité ou de gaz, ou encore d’événements ou de déménagement. Ces panneaux, en effet, constituent une lourde charge pour une commune: les données sont souvent illisibles, les panneaux régulièrement déplacés voire volés. “C’est pourquoi nous avons créé un panneau de circulation électronique sans fil”, explique Evert Bulcke, directeur commercial de Rombit. “C’est une primeur mondiale!” Les panneaux sont équipés d’un écran électronique (au lieu d’un tableau noir), commandés à distance et sécurisés contre le vol. Des centaines de panneaux de circulation intelligents ont d’ores et déjà été déployés dans le cadre d’un projet-pilote à Anvers. Et une grande partie des panneaux classiques auront été remplacés d’ici à la fin de l’année. “Nos panneaux bénéficient d’une grande facilité d’utilisation, sans application pour smartphone. L’accessibilité est la véritable clé du succès d’une application smart city.”ll

L’application donne des yeux et des oreilles supplémentaires à l’administration.

Inge Paemen, Bruxelles Mobilité

19/06/2018