La puissance du téléphone

Aujourd’hui, tout le monde ou presque possède un smartphone. Et la plupart des gens paient leurs factures via Internet. Mais rares sont ceux qui règlent leurs factures par smartphone. Tout porte cependant à croire que le paiement mobile sera le prochain grand bouleversement du paysage bancaire. Le smartphone n’est plus ce téléphone mobile doté de multiples fonctionnalités réservé à de rares privilégiés.

Désormais, tout le monde ou presque en possède un. Et sa puissance en fait l’outil idéal pour accéder au paiement mobile. Si, jusqu’ici, les banques belges ont témoigné peu d’intérêt pour ce nouveau mode de paiement, elles semblent en découvrir peu à peu les possibilités. Un intérêt aiguisé par des acteurs externes comme PayPal : l’opérateur qui a introduit les paiements en ligne mise sur le paiement mobile en lançant au Royaume-Uni une variante mobile de son système.Le paiement mobile est-il appelé à connaître le succès ? Tout dépendra du confort d’utilisation. Le paiement par smartphone sera-t-il plus simple que les moyens traditionnels ? Si c’est le cas, les consommateurs le plébisciteront.

Cependant, si les banques sécurisent trop lourdement leurs outils, cela risque de compromettre ce confort d’utilisation. D’où la nécessité de trouver un bon équilibre confort-sécurité. La percée du paiement mobile peut également susciter une vague d’innovations. Prenons le iTunes-store d’Apple : le succès de cette boutique de musique en ligne a incité des milliers de développeurs à plancher sur de nouvelles applications. L’introduction du paiement mobile pourrait contribuer à mettre sur pied une plateforme similaire pour les développeurs. Il existe déjà des applications bancaires intelligentes qui permettent, par exemple, de partager la note de restaurant entre convives.

Le paiement mobile ne doit donc pas être limité aux seules transactions. Les organismes financiers devraient s’intéresser également à d’autres possibilités qu’offre le paiement mobile, comme l’analyse de données. Les banques ont déjà une vision des dépenses de leurs clients. En analysant leurs données, elles pourraient développer des outils de gestion budgétaire. Un banquier dans votre smartphone pourrait vous indiquer ce à quoi vous consacrez votre argent en une fraction de seconde et vous permettre ainsi de comparer vos dépenses à celles de vos amis. Quelles seraient les conséquence ? Nous vous laissons le soin de répondre à cette question

Peter Hinssen
président Across Technology

04/02/2009