Entre-temps, sur votre smartphone

Les initiatives liées aux paiements sur Internet et par appareils mobiles ne se comptent plus sur les doigts d’une seule main – pas même sur ceux de deux. Quelques idées détonantes des développeurs belges et étrangers.

Bitcoin

Bitcoin est une devise virtuelle qui permet de payer sur Internet, pour autant que l’utilisateur dispose d’une adresse Bitcoin. La devise électronique a recours à la cryptographie pour éviter qu’un utilisateur dépense plusieurs fois son argent – même si la sécurité fait toujours débat. Bitcoin ne dépend pas de la confiance en une Banque Centrale. La valeur de la monnaie est déterminée par l’offre et la demande. Payer et se faire payer grâce à Bitcoin est aussi simple qu’envoyer ou recevoir un e-mail. Un nouvel utilisateur de Bitcoin doit choisir un porte-monnaie électronique à installer sur son ordinateur ou son téléphone mobile. Ce porte-monnaie crée une adresse Bitcoin (www.bitcoin. org) qui peut ensuite être fournie à vos contacts, afin que ceux-ci puissent vous payer. À l’inverse, vous pouvez payer vos contacts dès qu’ils vous donnent leur adresse.

Zong

Avec Zong, vous payez vos achats par le biais de la facture de votre téléphone mobile. Vous réglez l’achat en ligne en donnant votre numéro le téléphone. Ensuite, vous recevez un SMS : si vous confirmez la réception de ce SMS, le paiement est validé. eBay a trouvé la technologie si intéressante qu’elle a déboursé un quart de milliard de dollars pour racheter l’entreprise. Avec l’acquisition de Zong, eBay souhaite donner un nouvel élan à sa filiale PayPal dans le domaine des appareils mobiles.

Square

L’un des créateurs de Twitter, Jack Dorsey, a également imaginé le service de paiement Square. Depuis, de nombreux entrepreneurs Internet bien connus ont investi dans l’entreprise. Square, qui existe depuis 2010, propose une manière d’accepter les paiements par carte de crédit via iPhone, iPod Touch et iPad. Square se compose d’un lecteur de cartes de crédit à fixer à l’un de ces appareils. Les commerçants en déplacement, les marchés ou les taxis par exemple, peuvent ainsi traiter les transactions par carte de crédit. Cette formule est pratique pour les commerçants, car ils ne paient pas d’indemnités mensuelles et ne sont pas liés à un contrat. Au départ, le lecteur de cartes était même gratuit. Square affirme traiter pour plus de dix millions de dollars de paiements mobiles par jour.

Google Wallet

Google Wallet est le service de paiement mobile de Google, qui, par exemple, vous permet d’acheter des applications sur Android Market. Google Wallet est un prolongement de Google Checkout, une solution de paiement en ligne pour les achats dans des webshops. L’objectif est de simplifier les paiements en ligne. Il suffit de s’enregistrer via son Google Account pour pouvoir payer. Une étude menée par la National Retail Federation parmi les détaillants américains a prédit que Google deviendrait à terme le standard dans le paiement mobile. Et ce, même si Google Wallet a déjà fait parler de lui à plusieurs reprises à cause de problèmes de sécurité. Le service peut aussi être utilisé sous forme mobile. Cependant, il repose sur la technologie Near Field Communications (NFC), disponible sur une dizaine d’appareils.

Starbucks

Quelque sept millions d’amateurs de café paient grâce à l’application Starbucks sur iPhone ou smartphone Android. Le système ne fonctionne pas par Bluetooth, Wi-Fi ou une autre technologie mobile, comme NFC : l’app est reliée à sa Starbucks Card. On présente le code-barres qui apparaît à l’écran une fois les consommations payées, le barista Starbucks scanne ce code et donne les boissons. Un système convivial, mais seulement disponible aux États-Unis et au Canada.

Easy transfer

Easy Transfer est une initiative de BNP Paribas Fortis qui permet de transférer des montants sans argent liquide. L’application est déjà disponible pour iPhone en Android. Le concept est simple : pour payer, vous saisissez un numéro de mobile ou vous en sélectionnez un dans votre liste de contacts, tout comme pour Pingit (Barclays). Ensuite, le montant est versé sur le compte bancaire du bénéficiaire. Ce dernier ne doit associer qu’une seule fois son numéro de compte bancaire à son numéro de GSM. Il est également possible d’effectuer des paiements en faveur de clients d’autres banques ou de personnes disposant d’un GSM ordinaire. En outre, le payeur et le bénéficiaire ne doivent pas être ensemble, physiquement, pour faire le virement. Easy transfer est gratuit si vous utilisez déjà Easy banking. Easy transfer cible les paiements jusqu’à 250 euros entre amis, collègues, membres d’une famille, connaissances ou, par exemple, pour payer le jardinier.

Masterpass

Masterpass est une initiative récente de BNP Paribas Fortis, en collaboration avec Mastercard. Elle vise les paiements par Internet pour l’e-commerce. Masterpass propose un virtual wallet, ou portefeuille virtuel, qui conserve toutes les informations de paiements et les envoie à un point central sécurisé. Pour les clients, la solution est sûre et simple, parce qu’ils ne doivent pas chaque fois saisir leurs informations. Elle sera intégrée dans l’offre de paiement des e-commerçants et sera également utilisée – via la plateforme Belgian Mobile Wallet de Belgacom et de BNP Paribas Fortis – pour le m-commerce, les achats par téléphone mobile. Avec cette plateforme, les commerçants pourront inviter leurs clients à payer via un smartphone ou une tablette, sans lecteur de cartes. Pour cela, un petit programme intégré dans une application est greffé sur l’application du commerçant. Les fournisseurs garantissent que l’information est correcte et sûre. Et des achats sont possibles quel que soit le type de carte, d’appareil ou d’environnement. Un simple bouton permet au client d’accéder à un large éventail de possibilités de paiement. Masterpass et Belgian Mobile Wallet lanceront leurs premières applications l’an prochain.

18/08/2013