L’univers de la Bourse et ses principes

Les marchés financiers semblent complexes. Cela dit, en identifiant les motivations d’investissement de chacun, on peut espérer y trouver plus aisément sa voie.

L’un des principaux rôles de la Bourse est de mettre en relation épargnants et investisseurs d’une part, chefs d’entreprises d’autre part. Les entreprises y lèvent des capitaux pour grandir et les investisseurs profitent de leur succès en échange. Ils peuvent le faire en devenant copropriétaires par le biais d’actions, ou en achetant des obligations. Dans le premier cas, ils reçoivent des dividendes variables ; dans le deuxième cas, des coupons fixes. L’importance de la Bourse en tant que canal de financement pour les entreprises varie. En Europe, 25% du financement des entreprises passe par la Bourse. En d’autres termes : l’essentiel des entreprises privilégient les crédits bancaires. Aux États-Unis, les marchés financiers au sens large représentent 75% du financement des entreprises. L’évolution de ces marchés financiers est un baromètre important de l’économie, même s’il n’en est certainement pas le reflet parfait. Ils s’influencent mutuellement, mais n’évoluent presque jamais de concert.

Le maître investisseur hongrois André Kostolany utilisait la métaphore du chien et de son maître. Lorsqu’ils partent en promenade, le chien file parfois devant et traîne à l’arrière à d’autres moments. Le maître est l’économie, le chien la Bourse devançant l’économie réelle lorsque l’atmosphère est euphorique en Bourse, restant à la traîne lorsque les investisseurs sont pessimistes. La Bourse n’est pas réservée aux entreprises. Les pouvoirs publics fréquentent également les marchés financiers pour emprunter de l’argent.

Bien entendu, vous ne pouvez pas y acheter des actions de la SA Belgique, mais un morceau de sa dette qui s’élève à plus de 392 milliards d’euros. Investisseurs à long terme, assureurs et fonds de pension, apprécient beaucoup les titres de dette assortis d’une note élevée. Car s’il leur est très difficile d’estimer combien ils devront payer à l’avenir en pension et en remboursement de sinistre, beaucoup dépend des taux sur les obligations publiques. Avec beaucoup d’obligations publiques en portefeuille, leurs engagements futurs évoluent dans le prolongement des réserves constituées.

Sur-mesure

La Bourse est également l’endroit où les parties couvrent des risques. Ainsi le cultivateur de café peut-il fixer au préalable le prix qu’il recevra l’an prochain pour sa récolte à l’aide de ‘futures’. Cette sécurité l’aide à planifier ses activités. La contrepartie de ces transactions essaiera à son tour de couvrir ses propres risques, ou spéculera sur les bénéfices qu’elle tirera de l’opération. Il existe des investisseurs de tout type. Certains appartiennent à un club d’investisseurs, d’autres investissent presque inconsciemment par le biais du fonds de pension de leur employeur. Certains achètent pour le long terme, d’autres négocient de manière frénétique.

Certains gèrent un portefeuille familial de quelques milliers d’euros, d’autres sont des professionnels avec des millions, voire des milliards d’euros sous gestion. Aux clients de décider quel pouvoir ils accordent à leur gestionnaire de patrimoine : pleine délégation de gestion ou simple rôle de conseil. Moins de la moitié des investisseurs ‘professionnels’ battront le marché après déduction des frais. Car il est impossible de percer complètement à jour la Bourse.

10/06/2014