Nous devons sauver le monde de nous-mêmes

L’investissement socialement responsable se joue dans le contexte d’un monde en mutation. L’homme est confronté à des défis importants et doit d’urgence y apporter une réponse. “Les gens crient: sauvez la planète! Mais la planète, elle s’en f…”, a remarqué un jour l’écrivain français Erik Orsenna. “D’une manière ou d’une autre, la planète survivra. C’est la vie qui est en jeu, et principalement la vie humaine.”

globe9,7 milliards
Et des vies humaines, il y en a de plus en plus. À l’époque de la Révolution française, la Terre n’abritait encore qu’un milliard d’habitants; en 2016, le compteur affiche déjà 7,4 milliards. La fin de cette croissance démographique n’est pas en vue. Selon les Nations Unies, nous serons 9,7 milliards en 2050.
Source: ‘World Population Prospects: The 2015 Revision’, UN

 

boekDe 2.620 p. à 80.260 p.
Les gouvernements du monde entier s’efforcent de limiter l’exploitation des ressources et prennent à coeur leurs responsabilités écologiques et sociales. Cela se reflète également dans le nombre de règles qu’ils promulguent dans ce domaine. Prenez l’indice de la réglementation publique tenu par le Competitive Enterprise Institute pour les États-Unis.
En 1936, le Federal Register comptait 2.620 pages; en 2015, pas moins de 80.260.
Source ‘Ten Thousand Commandments 2016’, Competitive Enterprise Institute

 

zandloper8 août
Qui dit plus d’êtres humains, dit aussi plus de consommateurs, dont une part croissante adopte un mode de vie occidental particulièrement vorace. Les conséquences en sont considérables. Ainsi l’Earth Overshoot Day tombait-il cette année le 8 août. C’est le jour où nous avons davantage consommé que ce que la Terre peut produire en un an. Source: www.overshootday.org 

 

 

solar36 milliards de panneaux photovoltaïques
La pénurie est en vue, surtout pour des matières premières non renouvelables comme le pétrole et le gaz. Personne ne s’étonnera dès lors que l’énergie renouvelable ait suscité un intérêt croissant ces dernières années. Selon Stephen Emmott, directeur des sciences informatiques chez Microsoft Research à Cambridge, la production d’énergie devra au moins tripler d’ici la fin de ce siècle. “Cela représente 1.800 des plus grands barrages au monde, 23.000 centrales nucléaires, 14 millions de turbines éoliennes, 36 milliards de panneaux solaires, ou 36.000 nouvelles centrales électriques au gaz ou au charbon, à supposer qu’on veuille continuer à en exploiter.”
Source ‘Ten Billion’, Emmott. S., 2013

 

chard2/3 de la population mondiale
Cette dernière remarque fait référence aux effets secondaires nocifs des carburants fossiles, à savoir le réchauffement climatique. Celuici accroît le risque d’inondations dans les zones côtières tout en réduisant les précipitations dans d’autres régions. La quantité annuelle de pluie tombée dans le sud de l’Europe est par exemple appelée à baisser de 36% entre aujourd’hui et la seconde moitié de ce siècle, prévoit le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Selon les Nations Unies, les deux tiers de la population mondiale seront en situation de “stress hydrique” d’ici à 2050. Et la consommation de viande n’y est pas étrangère: la production d’un kilo de boeuf nécessite en effet 15.000 litres d’eau, alors que 800 litres suffisent pour un kilo de pommes.
Source: Intergovernmental Panel on Climate Change   

20/10/2016
ressources mondiales