“SkillDeal révèle le potentiel des collaborateurs”

Créer une communauté virtuelle permettant aux collaborateurs de s’entraider et d’échanger facilement des informations: c’est le principe de SkillDeal. Cette app valorise l’ensemble du personnel en permettant à tous les savoir-faire internes d’émerger. Le tout en limitant la perte de temps et en améliorant le bien-être dans l’entreprise, assure son cofondateur, Erik Vanberg.

“Dans l’entreprise, les salariés n’utilisent qu’un petit pourcentage de leurs compétences”, assure Erik Vanberg, de SkillDeal. “Notre plateforme permet d’accéder à la partie immergée de l’iceberg: toutes ces compétences accumulées dans d’autres fonctions, au fil des études, lors de cours du soir ou dans le cadre des loisirs, des hobbies ou de la vie personnelle. En résumé, c’est un outil simple qui offre une vue globale sur les compétences des collaborateurs. Et une façon extrêmement efficace de casser les ‘silos’.

” Très ergonomique et d’une utilisation intuitive, le système fonctionne à partir des profils des collaborateurs volontaires, qui établissent une liste des domaines d’expertise dans lesquels ils sont prêts à aider leurs collègues. Chacun peut poser ensuite une question, qui sera automatiquement envoyée aux personnes disposant d’une expertise dans le domaine concerné. “L’envie d’aider autrui constitue déjà un moteur très puissant”, détaille Erik Vanberg.

“Et il est toujours agréable d’utiliser et de voir reconnaître ses compétences. Pour ajouter une dimension de récompense et d’échange, nous avons installé un système de minutes, un peu comme une monnaie virtuelle propre à SkillDeal. Le demandeur précise le nombre de minutes nécessaires, selon lui, à la résolution de son problème. Aux experts de décider s’ils acceptent le deal ou s’ils en négocient un autre.”

Knowledge management

En affinant le knowledge management, l’offre de formation, en identifiant précisément les profils à recruter et en favorisant la mobilité interne, l’outil améliore le bien-être au travail: chacun sait qu’il peut compter sur la communauté et se créer un réseau.

“Cela diminue le turnover et fidélise les millennials, qui peuvent fonctionner au travail comme ils le font ailleurs, c’est-à-dire en allant chercher tout de suite des réponses sur les réseaux. SkillDeal améliore par ailleurs la transmission intergénérationnelle: typiquement, les baby boomers et les représentants de la génération X posent des questions aux millennials sur les technologies numériques. Et ceux-ci puisent quant à eux dans l’expérience de leurs aînés qui ont déjà traversé des difficultés similaires, ont eu affaire au même type de clients, etc.

Il est toujours agréable d’utiliser et de voir reconnaître ses compétences.

Erik Vanberg, SkillDeal

” Au fil du temps, l’entreprise se crée un moteur de recherche où sont “capturées” les connaissances et l’expérience des collaborateurs. Ce qui s’avère d’autant plus précieux quand certains partent à la pension. La peur de passer pour un idiot constitue-t-elle un frein?

“Il s’agit sans nul doute de la principale difficulté”, reconnaît Erik Vanberg. “Depuis des décennies, on grandit avec cette idée que poser une question, c’est dévoiler sa faiblesse. Heureusement, les jeunes générations semblent moins complexées à ce sujet. Pour contourner ce petit blocage, il est fondamental de bien accompagner l’installation d’outils comme SkillDeal, en valorisant tant les experts que ceux qui posent des questions. Et en mettant l’accent sur l’importance des comportements d’entraide dans les valeurs de l’entreprise. Côté management, on observe souvent que lorsqu’un salarié en difficulté demande de l’aide à son voisin, tous deux se mettent à fouiller l’intranet, puis appellent un troisième qui, soucieux d’aider ses collègues, cherchera sur l’internet au petit bonheur la chance. Et l’on se retrouve avec trois collaborateurs arrêtés dans leurs tâches, pour un résultat très aléatoire.”

Sortir du 100% virtuel

“Notez que dans la première version de l’app, les questions étaient anonymes”, sourit Erik Vanberg. “Les utilisateurs eux-mêmes nous ont demandé de lever l’anonymat: ils souhaitaient vraiment connaître les collègues qu’ils aidaient. On constate que de nombreux liens se nouent parmi les utilisateurs. Et plus de 98% des questions trouvent une réponse! Les 2% restants fournissent à nos clients de précieuses indications pour adapter leurs formations internes ou leur politique de recrutement.” Plus largement, l’app, dont le prix annuel démarre à 5.000 euros (jusqu’à 500 collaborateurs), s’inscrit dans un changement de culture qui favorise la coopération, et prolonge les outils partagés de type Google Docs et Yammer.

La peur de passer pour un idiot constitue le frein principal. Heureusement, les jeunes générations semblent moins complexées.

Erik Vanberg, SkillDeal

À terme, on devrait voir de tels systèmes opérer à l’échelle d’un zoning ou d’une branche professionnelle. “Cela commence déjà, avec les jeunes experts-comptables de l’OECCBB, avec le fonds sectoriel Constructiv, etc.”, remarque le dirigeant. “L’étape ultime de la durabilité serait l’inclusion d’un écosystème complet, permettant la cocréation avec, parfois… des concurrents! La compétition pure et dure est le système le plus cher, qui entraîne le moins de bénéfices. Alors que là, tout le monde gagne du temps. L’expertise, en se diffusant, favorise l’innovation. Et surtout, les contacts noués améliorent le bien-être général. On entend souvent dire que les data sont le nouvel or de l’entreprise; mais à mes yeux, c’est plutôt le capital humain!”

24/10/2018