La technologie sociale abolit les frontières

“Le partage de connaissances renforce à la fois l’individu et l’organisation”, affirme Isabel De Clercq, auteure de Social Technologies in Business. “Et la technologie sociale a la capacité de transformer une culture d’entreprise.”

Isabel De Clercq en est convaincue: “Quand on partage des connaissances, on n’a rien à perdre. On ne peut que gagner. Comment procéder? Il faut commencer par prendre le temps de réfléchir. Cela semble logique, mais dans la pratique, une ligne de démarcation stricte sépare souvent ceux qui réfléchissent de ceux qui agissent. Ensuite, on traduit ses réflexions en mots, on les affine en les intégrant dans un texte, un visuel ou une vidéo. Puis on partage ses connaissances en ligne et on étend ses réseaux. Ceux-ci permettent d’obtenir plus rapidement une réponse à ses questions. On gagne en vitesse. On progresse.” La technologie sociale ouvre une voie pour partager ses idées à l’extérieur et au sein de l’organisation.

“Au niveau externe, LinkedIn est un exemple bien connu; en interne, il existe des programmes comme Jive et Yammer. La force de cette technologie? Elle supprime les cloisons. Connaissances et informations traversent toutes les frontières: entre les équipes, mais aussi géographiques et hiérarchiques.”

“Les organisations traditionnelles gardent l’information secrète. C’est ce que vous savez qui détermine votre pouvoir. La technologie sociale propose l’inverse.”

Isabel De Clercq

Le raisonnement s’applique également aux descriptions de fonctions. “Grâce à la technologie sociale, les collaborateurs peuvent faire entendre leur voix dans les entreprises. Et ainsi montrer leurs talents, parfois sans en être pleinement conscient. Chez ENGIE par exemple, un jeune ingénieur thaïlandais a posté sa solution à un problème technique qu’il avait rencontré dans une centrale électrique. Un manager de Londres, plusieurs niveaux au-dessus de lui, a liké le poste. Une telle chose était impensable par le passé. Sur les réseaux sociaux, le niveau hiérarchique ne compte plus. Seule importe votre contribution.”

Nouvelle culture d’entreprise

Selon Isabel De Clercq, la technologie sociale modifie la culture d’une organisation. “Un directeur de l’entreprise technologique Bosch m’a expliqué qu’il faisait circuler un maximum d’informations via le réseau social interne. Les membres de son équipe peuvent ainsi prendre plus rapidement des décisions. Cela implique la fin du leadership conventionnel basé sur une communication individuelle.”

“Les organisations traditionnelles gardent l’information secrète. C’est ce que vous savez qui détermine votre place dans la hiérarchie et votre pouvoir. La technologie sociale propose l’inverse: l’accent se déplace vers la transparence et le pouvoir fondé sur l’expertise.”

“La culture résulte de notre façon d’agir. La technologie sociale a la capacité de transformer une culture d’entreprise. Travailler dans un environnement numérique transparent, modifie fondamentalement le contexte professionnel. Ces environnements engendrent des communautés d’égaux qui connectent des gens et des idées.”

25/10/2018