L’ABC du financement alternatif

Il peut être tentant de chercher une autre façon de dénicher de l’argent pour votre entreprise… Mais en quoi consiste précisément le financement alternatif? Tour d’horizon en 8 concepts-clés.

Crowdvoting

Il y en a plus dans deux têtes que dans une… et dans trois que dans deux. Tel est le fondement du concept de la “sagesse des foules”. Le crowdvoting traduit cette faculté d’appréciation commune en décisions concrètes. Les membres du groupe votent en ligne en faveur des projets qu’ils souhaitent soutenir financièrement. Si un nombre suffisant de personnes y croient, l’entreprise bénéficie immédiatement d’un coup de pouce appréciable au cas où elle collecte effectivement des fonds via le crowdfunding.

Capital-risque

Également appelé venture capital. Les fournisseurs de capital-risque apportent des fonds en prenant une participation temporaire dans le capital d’une société, en accordant un prêt subordonné ou en souscrivant un emprunt obligataire. Outre l’argent, ils lui font généralement bénéficier de leur expertise de management. Afin que l’opération soit intéressante, l’entreprise doit présenter un potentiel de croissance suffisant pour réaliser un rendement supérieur à la moyenne. Les fournisseurs de capital- risque calculent généralement leur rendement à venir en se basant sur la plus-value attendue à la vente de leurs actions. Le capital-risque peut provenir d’opérateurs privés et publics. Parmi les premiers, citons les business angels. Dans la seconde catégorie, on trouve notamment la Société fédérale de participations et d’investissement.

Crédit fournisseur

Il permet de ne pas payer immédiatement les biens et services achetés. En différant le paiement des factures, l’entreprise se ménage des moyens financiers plus importants pendant un certain temps. C’est une forme attrayante de financement alternatif, surtout lorsque les frais sont réduits.

Friends, family & fools

Le chef d’entreprise peut tenter de convaincre des membres de son entourage direct d’investir dans sa société, par exemple par le biais d’un prêt subordonné. Ils compteront donc parmi les derniers créanciers remboursés en cas de liquidation. Ce type de prêt aide le chef d’entreprise à solliciter d’autres sources de financement, puisqu’il est presque considéré comme un apport de fonds propres. Une autre option? Transformer les trois “F” en actionnaires en échange de leur apport.

Factoring

Cette forme de financement d’entreprise consiste à céder tout ou une partie de son portefeuille clients à une société d’affacturage. L’entreprise vend donc ses factures sortantes à un partenaire qui recouvre les créances à l’échéance. La société d’affacturage assume ainsi le risque de voir le client endetté ne pas honorer ses engagements. Le factoring est un service assez coûteux, surtout intéressant pour les entreprises dont le chiffre d’affaires est élevé.

Financement mezzanine

Le terme “mezzanine”, issu du domaine de la construction, signifie “étage intermédiaire”. Ce moyen de financement se situe entre le crédit bancaire et le capital-risque. C’est un prêt subordonné combinant des éléments de dettes et de fonds propres. Ces prêts sont souvent associés à des warrants qui donnent, au fournisseur du crédit, le droit d’acheter à un prix prédéterminé un pourcentage donné du capital en actions, par exemple en cas d’entrée en Bourse ou de vente de l’entreprise.

Leasing

Le leasing, également appelé location-financement, permet aux entreprises en pleine expansion de préserver leur fonds de roulement. La société de leasing achète les biens d’investissement qu’elle loue au preneur de leasing pour une période donnée. Pour ce dernier, c’est une manière de financer des locaux, des marchandises ou de l’équipement sans consentir de lourds investissements. Les formes les plus usuelles de leasing portent sur les voitures, les machines et le matériel informatique.

Capital d’amorçage

Capital nécessaire pour mettre sur pied une entreprise. L’argent sert à financer la recherche et le développement du concept. En cas de succès, l’entreprise aura besoin de capitaux supplémentaires pour entamer la production commerciale effective et la vente. Même si tout se passe bien, elle devra alors se tourner vers un autre type de financement: le capital de croissance.

 

15/07/2015