SOS petits genies

Pourquoi les jeunes choisissent- ils la psychologie et la philosophie à l’université? Ne feraient-ils pas mieux d’apprendre à programmer en Java?

Mes employeurs ont conscience que la société demande aujourd’hui des compétences très spécifiques aux travailleurs. Et selon eux, c’est à l’enseignement de les fournir. Ce ne sera jamais le cas.

Car que se passera-t-il quand nous aurons réformé l’enseignement de fond en comble, réécrit les programmes, adapté les formations des professeurs, et que les enfants auront décroché leur diplôme? Java sera totalement dépassé. Et les entreprises auront d’autres besoins.

‘L’ENSEIGNEMENT NE DOIT PAS VISER LES METIERS EN PENURIE DE 2017, MAIS CEUX DE 2060.’
Wouter Duyck, Université de Gand

Nous courrons toujours derrière les faits. Une course que l’enseignement ne pourra jamais gagner. L’enseignement ne doit pas viser les métiers en pénurie de 2017, mais ceux de 2060. À quoi ressembleront-ils? Nous l’ignorons. En revanche, nous savons que l’automatisation et la surabondance d’informations ne feront que s’accroître.

Les élèves doivent apprendre à les gérer. Il nous faudra donc investir dans l’enseignement cognitif. Même si ce discours ne plaît pas aux entrepreneurs. La prospérité économique d’un pays est étroitement liée au développement intellectuel de ses citoyens. Une hausse d’un point de QI de la couche supérieure de la population pèse 450 dollars de PNB supplémentaire par habitant. On gagne en intelligence, on invente, on fonde une entreprise, on crée des emplois…

Lisez aussi: ‘Rendez votre entreprise millennialproof

Et comment améliorer l’intelligence? En entraînant le cerveau. Cela semble ironique, mais la meilleure préparation à l’avenir est une recette classique: latin-mathématiques. Avec cette orientation, vous produirez des étudiants capables d’apprendre ce dont ils ont besoin au moment où ils en auront besoin.

C’est la learning agility, qui rend apte à capter et à traiter des informations nouvelles. Naturellement, l’enseignement pourrait être plus moderne. Mais c’est d’une mise à jour que nous avons besoin, non d’une révolution. Lorsque l’enseignement fait parler de lui dans les actualités, c’est pour des questions d’inégalité ou d’élèves vulnérables.

‘LA MEILLEURE PREPARATION A L’AVENIR EST UNE RECETTE CLASSIQUE: LATIN-MATHEMATIQUES.’
Wouter Duyck, Université de Gand

Deux domaines importants dans lesquels le gouvernement investit beaucoup. Et à raison. Mais le ministre devrait également lancer un plan pour les élèves performants. Voici une décennie, un tiers de nos écoliers obtenaient un niveau élevé en mathématiques. Aujourd’hui, ils ne sont plus qu’un quart. C’est néfaste pour l’entrepreneuriat et pour notre économie à long terme.

 

Wouter Duyck
Professeur de psychologie, Université de Gand

Wouter Duyck, Université de Gand
29/06/2017