« Je n’attends pas de véritable innovation à court terme »

Nicolas Saverys, CEO Exmar, évoque l’innovation et la disruption dans sa société, son secteur et son avenir.

Quel est le moment-clé de l’année pour votre entreprise ?

Nicolas Saverys : « Il m’est difficile de parler d’un moment spécifique, parce que nous sortons de plusieurs années très particulières. Les affaires tournent très bien. La croissance économique est peut-être morose en Europe, mais l’économie tourne à plein régime dans le reste du monde. Et nous en récoltons pleinement les fruits. »

Quel est l’événement ou l’invention le plus révolutionnaire pour votre secteur ?

Nicolas Saverys : « Les techniques que nous avons développées ces dernières années pour améliorer la transparence du marché du gaz et réduire les coûts de transport. Mais je n’y vois pas tant des révolutions que des évolutions positives. Les événements au Moyen-Orient et en Ukraine peuvent réellement revêtir un caractère déstabilisant. »

Quel est le produit le plus innovant de votre entreprise ou secteur ?

Nicolas Saverys : « Sans doute la technique que nous avons développée pour liquéfier le gaz en mer. En 2005, nous avons lancé le premier navire capable de regazéifier le méthane à bord. Et l’an prochain, nous serons les premiers à pouvoir liquéfier du gaz à bord d’une barge. »

A quel changement technologique vous attendez- vous dans votre entreprise ou secteur ?

Nicolas Saverys : « Les plus grandes innovations ont été développées durant la décennie écoulée et seront affinées au cours des années à venir. Je n’attends donc plus de véritables innovations à court terme, mais plutôt des améliorations des innovations précédentes. »

Qu’attendez-vous de votre banque ?

Nicolas Saverys : « Les principales fonctions d’une banque sont à mes yeux l’octroi de crédits et le soutien lors d’augmentations de capital ou de l’émission d’obligations. Un bon banquier est un partenaire essentiel qui doit surtout soutenir l’entreprise quand elle traverse une mauvaise passe. C’est pourquoi une entreprise doit être suffisamment transparente vis-à-vis de son banquier, afin qu’il comprenne réellement l’origine du problème. »

27/10/2014