Une année cruciale

2019 sera une année cruciale: l’année de la vérité qui dérange. Nous en avons vu les signes précurseurs en 2018. Le cinquième rapport du GIEC était sans équivoque: à ce rythme, il nous reste au maximum 12 ans pour accomplir la transformation énergétique. Dans le procès sur le climat qui l’opposait au gouvernement néerlandais, la fondation Urgenda a eu gain de cause en appel aux Pays-Bas. Les Bourses ont subi de sévères corrections dans le monde entier. Et de nombreux records de chaleur ont été battus. Après quatre ans d’atermoiements honteux, le tribunal se penchera enfin sur le fond de l’action intentée en Belgique par l’ASBL L’Affaire Climat. L’État fait-il suffisamment pour protéger sa population contre le changement climatique? Le juge se prononcera en toute sagesse et déterminera, loin des tweets rapides et des petites phrases assassines, si nous sommes sur la bonne voie. Nous connaissons quant à nous la réponse: il est nécessaire de passer à la vitesse supérieure. Et même de donner un gros coup d’accélérateur.

C’est la raison pour laquelle les élections de 2019 sont si importantes. Reste à espérer que le climat figure en haut de l’agenda des négociateurs appelés à rédiger un accord de gouvernement fin mai. Peut-être le temps est-il venu de former un gouvernement d’union nationale. Avec un Premier ministre du climat, une loi sur le climat, un programme d’investissements ambitieux?

Et si l’économie connaît quelques ratés en 2019, ne commettons pas la même erreur qu’au lendemain de la dernière crise financière. Trois ans à peine après Une vérité qui dérange d’Al Gore, nous sommes retombés dans nos vieilles recettes de croissance matérielle… Prenons un virage à 180° et optons pleinement pour une économie réelle et durable, qui recherche le bien-être pour tous! Notre logiciel social a besoin d’une vaste mise à jour. Outre les corrections sociales, des corrections écologiques sont en effet inhérentes à l’économie de marché.

Pourquoi continuer à sponsoriser aussi massivement les voitures de société en Belgique? Pourquoi taxer à peine les avions? Pourquoi notre État fait-il toujours la promotion de la consommation de viande? Pourquoi n’avons-nous pas de taxe sur le CO2? Pourquoi le charbon polluant bénéficie-t-il d’une TVA de seulement 12%?Pourquoi ne taxons-nous pas l’électricité verte à 6% et électricité grise à 21%?Pourquoi une partie de la facture d’énergie des ménages n’est-elle pas à la charge du bailleur? Pourquoi n’avons-nous pas encore installé des panneaux solaires sur tous les bâtiments publics? Pourquoi les grands fonds de pension peuvent-ils toujours investir librement dans le pétrole et le gaz?

Naturellement, il ne faut pas tout attendre de l’action publique. Nous pouvons apporter notre pierre à l’édifice: entreprises, citoyens, champ associatif… Mais aujourd’hui, nous avons besoin de dirigeants visionnaires qui réfléchissent à l’intérêt général et au long terme. Le gouvernement doit créer le cadre d’une profonde transition énergétique. Et pour y aider nos hommes et femmes politiques, nous avons besoin de vous.

Piet Colruyt
Investisseur social

Piet Colruyt
21/12/2018