La terminologie du data

Les Data sont l’avenir : nous n’y couperons pas.  Les nouveaux phénomènes s’accompagnent cependant souvent de mots et concepts neufs. Ce cours accéléré vous familiarisera très rapidement à la terminologie propre aux data.

Intelligence artificielle 

Elle a pour but d’égaler voire  dépasser le comportement humain à l’aide d’algorithmes complexes. Un nombre croissant d’acteurs  financiers, banques et assureurs notamment, utilisent cette science pour épargner des tâches opérationnelles et de routine à leurs collaborateurs. Ceux-ci peuvent ainsi se concentrer sur un service de meilleure qualité et plus personnalisé.

 

Analyse comportementale

Cette technique vise à comprendre les comportements humains “en collectant et en analysant des données spécifiques des consommateurs, par exemple géographiques, démographiques ou transactionnelles”, précise le professeur Philippe Baecke, expert en données à la Vlerick Business School. Les banques et les assureurs emploient aujourd’hui cette méthode pour réagir de manière plus précise et proactive aux besoins de leurs clients.

Datamining

“Le datamining est une méthode analytique qui tente de déduire des liens statistiques à partir de grandes quantités de données pour mieux comprendre le comportement des clients”, éclaire Philippe Baecke. “Le  résultat? Une base de données autoapprenante aux possibilités révolutionnaires. Cette technique est pratiquée pour établir des profils de clients, mais aussi pour prévoir des tendances et des actions de consommateurs.”

 

Big data

Ce terme générique  désigne la masse de données sur les consommateurs, en croissance  exponentielle. “Ces données proviennent de sources diverses: e-mails, sites Web, médias sociaux, capteurs utilisés dans l’internet des objets, etc.”, énumère Philippe Baecke. “Une nouvelle technologie développée  récemment améliore encore la  collecte et l’analyse de ces données.” Les acteurs financiers se forgent ainsi une meilleure idée des habitudes des consommateurs, mais aussi de leurs besoins.

Cookies 

Ces petits fichiers de données sont stockés dans un ordinateur à chaque fois que l’on visite des pages web. L’objectif est surtout d’accroître la convivialité: en identifiant les visiteurs d’un site à l’aide d’un cookie, on ne l’oblige plus à réintroduire systématiquement les mêmes données pour se connecter. La législation exige  cependant que l’utilisateur donne préalablement son consentement.

 

PSD2

PSD2 est l’abréviation de Payment  Services Directive. Cette directive  européenne a été rédigée pour permettre à de nouveaux acteurs de  pénétrer l’univers des solutions de  paiement. La libéralisation du marché du paiement engendre en effet de  nouvelles opportunités. La PSD2 oblige les banques à prévoir une plateforme autorisant à des parties tierces d’accéder aux comptes bancaires dès 2018. Elles doivent cependant porter toute  l’attention nécessaire à la sécurité et à la convivialité.

Smart data

“Les smart data ne sont encore qu’une  expression vague”, affirme Philippe  Baecke. “L’idée sous-jacente: il n’est pas seulement important de collecter de grandes quantités de données – les Big Data – mais aussi d’en filtrer des i informations utiles, que l’on peut  exploiter pour prendre les décisions  intelligentes.”

 

RGPD

Le Règlement général sur la protection de données est un ensemble de règles censées mieux protéger les données des citoyens européens. La nouvelle législation, qui entrera en vigueur en mai 2018, contraint les banques et les compagnies d’assurances, ainsi que d’autres organisations, à pouvoir démontrer les données personnelles qu’elles collectent, la manière dont elles les utilisent et les protègent, et l’endroit où elles les conservent. Les données des clients doivent être transférées ou effacées sur simple demande. Le RGPD introduit également une nouvelle obligation de notification des fuites de données.

Deep learning 

Le deep learning est une forme d’intelligence artificielle qui se rapproche de l’intellect humain. La technique contient une foule d’algorithmes capables d’apprendre de manière autonome de nouvelles aptitudes au système sous-jacent, tel qu’un ordinateur ou un robot. Le fonctionnement est basé sur celui du cerveau humain et n’est pas soumis à des limitations théoriques. Les possibilités sont inédites.

Biométrie

La biométrie utilise des propriétés physiques, psychologiques ou  comportementales pour identifier des personnes. Le test ADN est sans doute la méthode biométrique la plus connue, même si la reconnaissance d’une empreinte digitale, d’un iris, d’une voix ou d’un visage gagne en popularité. Les banques utilisent ces technologies pour accélérer et sécuriser l’accès de leurs clients à leur application de mobile banking.

11/01/2018