Un nouveau mode de pensée?

Un nouveau mode de pensée? “Jein” serait la réponse unanime au sein du groupe BASF. Autrement dit, “oui et non”. Non, quand je réfléchis à ce que nous avons entamé voici plusieurs décennies avec le développement de notre site “Verbund”.

Ainsi, la cinquantaine d’installations de production exploitées sur notre terrain sont toutes interconnectées. Cela nous permet de récupérer quelque 90% de notre énergie thermique. Avec, à la clé, des économies en termes de matières premières et d’énergie primaire sur l’ensemble de la chaîne de production et de la chaîne logistique.

Notre propre économie circulaire étendue, en quelque sorte, dont les racines remontent aux années 70 et qui reste la clé de notre avenir. Nous continuons à rechercher à améliorer notre Verbund selon deux principes majeurs: closing the loops (boucler les boucles) et keeping it smart (rester intelligent).
En outre, BASF développe depuis 20 ans des instruments de mesure de la durabilité. Nous évaluons l’impact de nos produits sur l’ensemble de leur cycle de vie, afin de réorienter activement notre portefeuille en fonction des résultats. Prochaine étape: l’approche value to society. Il s’agit ici de quantifier la manière dont nos activités influent sur le bien-être de nos concitoyens.

‘NOUS CONTINUONS A RECHERCHER A AMELIORER NOTRE VERBUND SELON DEUX PRINCIPES MAJEURS: CLOSING THE LOOPS ET KEEPING IT SMART.’

La priorité évolue de la mesure de la production à la mesure de l’impact. De cette façon, nous apportons une contribution essentielle à la résolution des défis qu’apporte la croissance démographique mondiale en matière d’alimentation, d’eau, d’énergie, de mobilité… Avec, comme fil conducteur, les objectifs de développement durable des Nations unies.
Tout le monde ou presque en est conscient: l’économie circulaire est la seule solution pour préserver notre prospérité. Il convient à présent d’exploiter cette adhésion et de franchir des étapes supplémentaires vers des réalisations concrètes.

Dans un monde réellement circulaire, nous “louons” des molécules et les réintégrons dans la chaîne après utilisation. Et nous y adaptons la conception de nos produits: votre téléphone mobile, votre voiture voire votre maison seront conçus dans l’idée qu’il sera aisé d’en échanger ou d’en réutiliser les composants.

L’idée de durabilité doit imprégner l’ensemble de la chaîne de valeur. Cela exige une synergie inédite entre les États, les instituts de connaissances et les entreprises. Mais aussi entre la production, les services et les financements. Par-delà les frontières nationales et les barrières entre les secteurs. La connexion est la clé.

‘L’ECONOMIE CIRCULAIRE NOUS EXTRAIT DE NOS PETITS COMPARTIMENTS ET NOUS INTRODUIT DANS UNE ERE DE LA COLLABORATION.’

L’économie circulaire nous extrait de nos petits compartiments et nous introduit dans une ère de la collaboration. Un âge où l’humain devient central dans sa relation à l’environnement, et qui voit la collaboration s’accompagner d’une numérisation avancée. Cette approche sera essentielle pour répondre aux défis de la croissance démographique mondiale, grâce à la mobilité intelligente, aux villes intelligentes, aux réseaux énergétiques, etc.

La réunion de tous les acteurs fait émerger un climat d’innovation qui contribue à notre bien-être et à notre prospérité. Ce n’est pas un hasard si le 17e objectif de développement durable des Nations unies porte sur les partenariats.

Wouter De Geest,
CEO de BASF Anvers

Wouter De Geest, CEO de BASF Anvers
12/03/2018