La concurrence est là

Aujourd’hui, pièces et billets sont toujours en circulation ; en 2020, ce ne sera peut-être plus le cas.

Nous pouvons déjà effectuer une foule de paiements à l’aide d’un smartphone ; en 2020, ce sera sans doute notre seul porte-monnaie. Le bitcoin est en plein essor ; en 2020, une devise virtuelle sera peut-être aussi importante que l’euro ou le dollar. Le cash existera-t-il encore en 2020, trois générations après le lancement de la carte de crédit, en 1958 ? Qui gérera le trafic des paiements ? Les banques sauront-elles résister aux géants de la technologie comme Google ? eBay est déjà propriétaire de PayPal, et d’autres entreprises informatiques sont en quête d’une licence bancaire – quand elles n’en détiennent pas déjà une. De l’autre côté de la chaîne, les opérateurs téléphoniques et les supermarchés se trouvent exactement là où se font la plupart des paiements. Les banques semblent peu à peu évincées du centre de la chaîne des paiements. Qu’elles s’accrochent !

03/04/2014